CLOCHE RITUELLE BIANZHONG CHINE

Publié par L'Oeil

CLOCHE RITUELLE BIANZHONG CHINE

Cette cloche en bronze doré, époque Kangxi [1662-1722], dynastie Qing, à décorde dragons, est proposée à la vente le 16 décembre 2019

PROVENANCE IMPÉRIALE
En 1713, l'empereur Kangxi fixe une nouvelle gamme de 16 notes. Il s'ensuit une intense fabrication d'instruments de musique, dont des cloches. La plupart de celles qui nous sont parvenues datent de cette époque - âge d'or sous la dynastie Qing. D'après l'inscription ciselée sur son corps, celle-ci a été fabriquée en 1716, soit peu de temps après la refonte de la gamme. Seul l'empereur possédait des cloches en bronze, le décor de dragons (symbole impérial par excellence) en atteste.

RARETÉ
Les cloches bianzhong étaient regroupées par 16, chacune représentant une note. Il s'agit ici de la note do, la plus importante de la gamme. Trois tailles de cloche existaient : grande, petite, et moyenne - la plus rarement fabriquée -, à l'image de celle-ci. Seuls deux carillons de cette taille sont connus (conservés à la Cité interdite à Pékin). Enfin, son décor à motifs de dragons parmi les nuages est le plus rare parmi les deux répertoriés ; l'autre étant à motifs taoïstes.

INÉDITE SUR LE MARCHÉ
Cette cloche a été rapportée en France par Robert de Semallé, secrétaire d'ambassade qui a séjourné à Pékin de 1880 à 1884. Conservée par sa famille jusqu'à ce jour, c'est la première fois qu'elle apparaît sur le marché.

200 000 À 300 000 €
Sans équivalent marché, l'œuvre est assortie d'une estimation attractive - l'un des plus hauts prix ayant été obtenu en mai 2008 chez Christie's Hong Kong (3,7 M€).Le 5 novembre, cette fois chez Christie's Londres, une pièce similaire mais moins rare et plus tardive, estimée entre 900 000 € et 1,3 M€, n'a finalement pas trouvé preneur _