Dubout fait son cinéma

Publié par la Gazette Drouot

DUBOUT FAIT SON CINÉMA

Albert Dubout raflait le César de la meilleure affiche avec la maquette de celle de La Femme du boulanger. Il faut dire que son traitement exprime toute la saveur d’un talent unique.

Six numéros et 93 000 € de produit rendaient hommage à Albert Dubout (1905-1976) dans cette vente de « 100 ans d’affiches de cinéma ».
La palme revenait, avec 40 000 €, à la maquette originale du film La Femme du boulanger de Marcel Pagnol (1895-1974), reproduite page 50 de la Gazette no 32. La collaboration du premier avec le second sera des plus fécondes puisqu’il créera pour lui vingt-sept affiches sur près de vingt-cinq ans. Elle débute en 1936, et l’on peut véritablement parler d’un enrichissement mutuel. La vie est une scène de théâtre pour les deux hommes, les illustrations des romans de Pagnol permettant à Dubout de laisser libre cours à son sens de la poésie. Ici défilaient dans trois versions différentes, toutes par l’Affiche française en 1947, celles de Marius (1931), Fanny (1932) et César (1936). La célèbre trilogie immortalisée par les acteurs Raimu, Pierre Fresnay et Orane Demazis recevait respectivement 2 500, 4 000 et 5 250 €. Ensuite, on retrouvait la figure rubiconde de Marius sur un dessin à l’encre de Chine le montrant jouant aux cartes avec ses acolytes (32 x 41 cm - 12 500 €), avant de finir avec Angèle (1934) rentrant au pays son enfant dans les bras, une maquette originale là encore, de 1951 (120 x 160 cm - 31 250 €). L’originalité de la composition de cette maquette de La Femme du boulanger est unique. Le pauvre Raimu y apparaît empêtré dans ses baguettes comme il l’est dans sa vie privée. On y lit beaucoup d’humour, un peu de caricature, mais aussi une grande tendresse de la part de Dubout, qui a toute sa place parmi les grands noms du cinéma français.