Sous le signe du cinéma

Publié par Petittes Affiches de la Loi

SOUS LE SIGNE DU CINÉMA

Laissant derrière lui, la Biennale des antiquaires qui vient de refermer ses portes sous la verrière du Grand Palais, Drouot a ouvert les siennes sous le signe du cinéma.
Rien de tel qu'une collection d'affiches pour se remémorer ces films qui ont enchanté nos rêves. Comment réagirions-nous au jourd'hui, si nous avions à l'époque reçu une invitation à assister le 28 décembre 1895, dans le salon indien du Grand Café, à une projection du « Cinématographe » de Messieurs Lumière ?
Poussés par la curiosité, nous nous y serions rendus au 14 du boulevard des Capucines. Il n'y avait pas foule, seu lement une trentaine de personnes. Chacun reçut une feuille qui servait de programme, sur laquelle on pouvait lire : « Cet appareil, inventé par Auguste et Louis Lumière, permet de recueillir, par des sé ries d'épreuves instantanées, tous les mouvements qui, pendant un temps donné, se sont succédé devant l'objectif, et de reproduire ensuite ces mouvements en projetant, grandeur naturelle, devant une salle entière, leurs images sur des écrans ». Suivait une liste de dix titres.

Les spectateurs, une fois dans le noir, se trouvèrent transportés face à une foule qui se dirigeait vers eux. Ils se reculèrent dans leur fauteuil puis tendirent leurs mains pour tenter de toucher ces per sonnes. Il s'agissait des ouvriers sortant de l'usine Lumière à Lyon. Les personnages se déplaçaient d'une manière sautillante, l'image tremblait un peu, mais le résultat était saisissant. Un autre petit film, montrant un jardinier arrosant un massif de fleurs et se retrouvant arrosé avait fait éclater de rire l'assistance. Cet instant mémorable du premier film comique de l'histoire a été immortalisé par une affiche réalisée en 1896, par Marcellin Auzolle (1862-1942), dont la dimension était de 120 x 160 cm, imprimée par E. Pichot. Un exemplaire de cette affiche sera mis en vente à Drouot, le 4 octobre prochain, par la maison Tessier Sarrou & Associés.

Le catalogue proposera encore une déclinaison en trois formats différents de la trilogie de Pagnol - Marius, Fanny et César - des sinée en 1947 par Albert Dubout (1905-1976). Le dessin original de la célèbre Partie de cartes - on se souvient de la réplique « Il nous fend le cœur » - sera pour la première fois proposé aux en chères. Dubout avait déjà réalisé en 1936, avec son trait forcé, une affiche quatre panneaux de César.Avec elle, les amateurs pour ront acquérir les maquettes originales de La femme du boulanger (1938), ainsi que celles d'Angèle (1934). Sinon, le cinéma américain ne sera pas en reste avec notamment l'une des affiches originales, française de King Kong de 1933, plusieurs affiches avec Humphrey Bogart, Marilyn Monroe et les grands comiques du cinéma amé ricain, Charlie Chaplin, Fatty, Laurel & Hardy ou Harold Lloyd. La Nouvelle Vague et le cinéma des années 1960-1970 seront également largement représentés.