Publié par Présent

RENÉ HUYGHE, UNE VIE POUR L'ART
Ce sera à Drouot le 5 Juin

JE NE SUIS PAS CONVAINCU que le nom de René Huyghe (1906-1997) parle à la génération Y et parlera à la génération Z. Je ne suis pas convaincu non plus qu'à l'Académie française, où il siégea pendant 36 ans, il laissera une trace aussi durable que - disons - Jean d'Ormesson. Et c'est bien dommage, car cet homme fut l'un des intellectuels les plus fins de son temps, et l'un des critiques d'art les plus érudits du XXe siècle.

A Drouot, le 5 juin, seront dispersés ses correspondances, ses livres, ses collections, et jusqu'à son épée d'académicien (estimée 10 000 / 15 000 euros), son habit vert (3 000 / 4 000 euros) et ses nombreuses décorations. Son fils, François-Bernard Huyghe, s'explique sur cette vente qui peut sembler comme une sorte de parricide. Il rappelle la passion de son père pour l'art, pour les images « auxquelles il aimait donner du sens ».
Les objets exposés puis vendus à Drouot ont été l'environnement de savie, ceux de son appartement parisien, et « aucun visiteur ne pouvait résister à le comparer à un musée ». Mais sa collection n'était pas une accumulation, « il aimait voir et faire parler les choses(... ). Il sourit maintenant de la vanité des choses possédées ». Toutefois, ajoute son fils, « cela ne doit pas vous décourager de les posséder et de les interpréter à votre tour ».

Dans la correspondance de René Huyghe, on relève les noms de Michel Déon, Thierry Maulnier, Etienne Gilson, Félicien Marceau, le père Bruckberger, le général Weygand, Jean Dutourd, Bernard de Fallois, Jérôme Carcopino, Hélène Carrère d'Encausse, Paul Morand, Mi- chel Mohrt, Georges Mathieu et bien d'autres intellectuels et artistes qui ont notre admiration.
Mais l'événement que constitue cette vente est un bon prétexte pour redécouvrir ou découvrir les maîtres livres de celui qui, pendant l'occupation allemande, sut préserver les trésors du Louvre, évacués sous sa direction dans le Lot. Ses livres sont d'abord ses études de grands peintres (Millet, Watteau, Gauguin, Chardin, etc. ), et aussi son Histoire de l'art contemporain, ses ouvrages sur la peinture au XVIIe, XVIlle. XIXe siècles, ou encore sa Psychologie de l'art, qui rassemble ses cours au Collège de France entre 1951 et 1976. Collectionneur, enseignant, conférencier, critique, Huyghe est défini comme un historien et un psychologue de l'art. Mais c'était surtout un esprit curieux, novateur, et tout entier habité par cette passion des œuvres artistiques à travers l'image qu'elles donnent. Il l'a très bien expliqué, car c'était aussi un pédagogue hors pair.
Pour 100 à 200 € (estimation), vous pourriez repartir avec un lot de quatre de ses livres, sur grand papier, sous chemise et étui, des livres consacrés au dessin français au XIXe siècle, par exemple. Que demander de plus ?